Punk Rock Jesus

Qu’est ce que Punk Rock Jesus ? Il s’agit de l’un des comics, parmi les derniers sortis chez Vertigo (et chez Urban Comics depuis quelques semaines), qui vous met une claque monumentale. Nul besoin de tergiverser, de tourner autour du pot : c’est sûrement la meilleure surprise de l’année en ce qui me concerne. Il est donc très difficile de mettre l’œuvre en avant sans lui ôter de valeur avec cet article.

Image

L’idée d’origine semble pourtant facile voire fort peu crédible, mais c’est sans compter sur le brillant esprit de Sean Murphy  : dans une ère semblable à la nôtre où la télé-réalité a pris le dessus sur toute forme de culture, un producteur du nom de Rick Slate tente d’atteindre la « quintessence » du genre en créant, avec l’aide d’une scientifique de renom, un clone de Jésus Christ. Pour cela, les traces ADN du suaire de Turin sont récupérées, une vierge est choisie parmi tout un défilé de candidates et un gigantesque dispositif est construit sur une île dans le but de filmer les moindres faits et gestes du  « nouveau sauveur ». Jusqu’au jour où le petit Chris(t), devenu adolescent, décide de prendre sa vie en main et de regagner sa liberté. Pour cela, il devient le chanteur d’un groupe punk et s’attire les foudres des croyants.

Image

Avec un tel pitch, on aurait pu s’attendre à ce que le scénario finisse par déraper en proposant une vision manichéenne de la religion ou des médias.  Il s’agit en réalité d’un scénario précis, d’une écriture rythmée, dynamique et pleine de réflexion, car rien n’est laissé au hasard (vous pourrez vous amuser à vérifier lorsque vous l’aurez terminé, mais je ne spoilerais pas). Le propos est plein de justesse et de subtilité lorsque la question de la foi est abordée plus profondément grâce au personnage de Thomas, le garde du corps de Chris (et probablement le véritable protagoniste du comics), lequel se remet en question constamment  par rapport à sa ligne de conduite : faut-il croire en Dieu dans le but de se repentir, ne s’en remettre qu’à lui sans réfléchir et espérer qu’il nous guide, ou bien affronter ses craintes et faire le choix de croire en soi ?

Déjà avec Joe, l’aventure intérieure (Vertigo/Urban Comics), Sean Murphy nous avait habitués à un dessin d’une grande qualité. Ici, il ne déroge pas à la règle  et la mise en scène est tout en mouvements, rapide et précise, renforcée par le choix du noir et blanc.

En bref, il serait dommage de passer à côté d’un titre si prenant, si poignant et, surtout si parfaitement mené. N’hésitez pas une seule seconde et savourez !

Image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s